Appuyer sur la touche “Pause”
Se mettre en suspens
Oser un repli sur soi
Quand la frénésie du monde
Te rend fébrile.


Dans la délicatesse d’un battement
d’ailes de papillon, ouvrir un espace
Retourner dans sa chrysalide
sans un mot, sans une plainte
Accepter le besoin de s’éloigner
sans explication.


Et de laisser se noyer le passé
Ne pas s’accrocher,
non ne pas s’accrocher
Ne pas accepter la bouée,
Prendre le large
Et naviguer vers un autre horizon
Une autre vision.


Se laisser traverser par ses émotions
Puis panser, câliner, lécher son cœur pour essayer de ne plus sentir la douleur
Faire le vide, faire le deuil.
En soi, autour de soi
Sans crainte d’être seul
Doucement sans aucune explication
Oser se laisser aller
Oser se taire
Oser ne plus demander
Être juste à l’écoute de soi
Remonter quand se sera bon pour du nouveau, pour du bientôt
Ouvrir les bras en grands.
Accueillir, parce que personne ne peut te donner ce que tu te refuses
S’envoler dans un nuage de douceur
Et s’aimer.

Nadji stephanie
Tout droits réservés

 

Crédit Photo @S;Hermann & F.Richter